PROVINCE D’ESPAGNE – 2ème session de formation pour la Mission Partagée des Frères, Associés et Partenaires

 

TROIS MOMENTS  DÉCISIFS DE LA VIE DE MARY LOUISE QUI NOUS INTERPELLENT

Le 17 avril, nous avons célébré dans la Province d’Espagne la deuxième session de formation des associés et des collaborateurs pour le MCG de cette année, à laquelle ont bien sûr également participé les Frères.

Notre motivation pour le thème choisi ?

  1. Les mots du Pape François dans son Exhortation Apostolique GAUDETE ET EXULTATE : « Je souhaite évoquer tant de femmes inconnues ou oubliées qui ont soutenu et transformé des familles et des communautés par la puissance de leur témoignage. Cela devrait inspirer et encourager chacun à donner le meilleur de lui-même pour progresser vers ce projet unique et inimitable que Dieu a voulu de toute éternité pour chacun d’entre nous ».
  2. Et bien sûr, le tricentenaire de l’arrivée de Marie-Louise de Jésus à Saint Laurent sur Sèvre. Un tournant pour les Filles de la Sagesse et pour toute la Famille Montfortaine.

 

A quels trois points nous sommes-nous arrêtés ?

 

 

 

Sa rencontre avec le Père de Montfort, 1701 et son entrée à l’Hôpital Général de Poitiers, 1703.


 Lorsque Louis Grignion de Montfort est venu à Poitiers pour la première fois, Marie-Louise avait 17 ans. Cette rencontre de grâce fut décisive pour Marie-Louise, qui choisit la direction de ce prêtre et lui resta fidèle au prix d’innombrables difficultés. Marie-Louise insistait continuellement pour obtenir de son directeur l’entrée dans un couvent. La réponse était toujours vague : « Oui, tu seras religieuse », sans autre explication, sans rien révéler du projet qu’il avait en tête pour elle. Un jour, Marie-Louise est revenue à la charge avec un empressement particulier. Le prêtre lui a répondu :  » Bien, viens vivre à l’hôpital ! Elle rejoint le petit groupe de « La Sagesse », formé par Montfort, qui lui fait prendre pour habit le vêtement des pauvres. Elle y reste dix ans et vit le « Dieu seul » cher à Louis-Marie. Active, silencieuse, se donnant entièrement aux pauvres et aux abandonnés.

 

Marie-Louise quitte Poitiers pour La Rochelle, 1715

Après dix ans, Marie-Louise reçoit une lettre du Père de Montfort lui demandant de quitter Poitiers pour La Rochelle. Avec Sœur Catherine Brunet, elle arrive à La Rochelle pour instruire les enfants. Marie-Louise y a consacré ses qualités de tranquillité, de douceur et de psychologie. Bientôt, les classes ont accueilli avec succès les enfants pauvres.

 

L’arrivée de Marie-Louise de Jésus à Saint Laurent-sur-Sèvre, juin 1720

 

 

Que faire après la mort du guide spirituel ? En tant que disciple de Montfort, elle a fait confiance à la Providence. Elle a attendu un signe de la Providence. Elle est allée prier Marie, Reine des Cœurs, dans la petite chapelle de Montbernage. Le signe est venu d’une rencontre avec Jacques Goudeau, à qui Montfort avait confié la prière quotidienne. Il lui indiqua Saint Laurent, où se trouvait le tombeau de Montfort. Madame Bouillé a offert à Marie-Louise une maison vide, la « Maison Longue ». Pendant plusieurs années, ils vivent dans des conditions d’extrême pauvreté, mais par ce geste audacieux, Marie-Louise de Jésus est à l’origine de la fondation du berceau des trois Instituts montfortains.

27 personnes de la région de la Catalogne et environ 30 personnes de la région de Madrid et de La Aguilera ont assisté et participé à la réflexion qui a suivi. Comme toujours, le dialogue établi par les participants nous a tous enrichis, même si nous avons conclu qu’il est nécessaire de développer les informations sur Marie Louise de Jésus, pour tout ce qu’elle peut nous apporter et pour l’importance qu’elle a eue pour toute la famille montfortaine. Ainsi, dès que nous serons en mesure d’organiser une session plus approfondie en personne, nous le ferons.